visites

     Voici une photo qui aurait pu être en couverture du recueil  

Pas de chance. Je ne suis pas entrée dans la vie par la grande porte, je ne
chemine pas sur une voie royale qui s’étendrait devant moi, comme un
tapis de velours. Mes pas ne laissent pas leur empreinte sur le boulevard
de toutes les chances, sur une avenue bordée d’arbres qui explosent au
printemps… Même pas une rue banale dont on ne dirait rien, même
pas…
Je suis arrivée par un chemin crasseux.
6 ans. La vie déjà en lambeaux…
 
 
 

                                                                         Et en voici une autre...

 
 
 
 
En prêtant, dès la première page, sa voix à Angèle, six ans,
qu’on découvrira plus tard dans le bureau d’un juge pour
enfants, Elisabeth Saint-Michel donne d’emblée le ton à ce
recueil de nouvelles où des personnages tour à tour dévoilent les fragments de leur vie brisée.
L’ensemble compose, par une juxtaposition précise de scènes saisies sur le vif, une fresque qui pourrait faire songer à celle d’un peintre muraliste.

Le texte cité vient en préambule des nouvelles elles-mêmes. Il m'a été très librement inspiré par une petite fille que j'ai croisée. Ainsi que Putan de dimanche, qui donne son titre au recueil.